M La Scène
Critiques Théâtre et Danse

pina-pluiepina-mullerpina-mouvementpina-fleurspina-seulepina-groupe

Le Sacre du printemps le plus saisissant…

Enregistrer

pina-pluiepina-mullerpina-mouvementpina-fleurspina-seulepina-groupe

Le Sacre du printemps le plus saisissant…

Enregistrer

pina-pluiepina-mullerpina-mouvementpina-fleurspina-seulepina-groupe

Le Sacre du printemps le plus saisissant…

Enregistrer

Le Procès Eichmann à Jérusalem mise en scène Ivan Morane

Ivan Morane dans Le Procès d'Eichmann à Jérusalem © Vincent Pontet
569

En 1961, Joseph Kessel assiste au Procès Eichmann à Jérusalem pour son journal « France soir  » . Jour après jour, l’homme de lettres relate les journées du procès. Au Théâtre des Halles, Ivan Morane s’empare de ce matériau historique et livre sur scène une oeuvre de mémoire intense et essentielle. (Voir l’interview exclusive d’Ivan Morane par M La Scène )

« Interroger l’Inimaginable »

Adolf Eichmann a été un des sinistres artisans de « la solution finale« , de l’élimination des Juifs d’Europe. A la fin de la guerre, le criminel parvient à s’échapper et gagner l’Argentine, par ce qui fut appelé « la route des rats » . Eichmann, sous une fausse identité, coulera, comme de nombreux nazis, des jours tranquilles dans ce pays d’Amérique de Sud. Jusqu’au 11 mai 1960, date à laquelle un commando appartenant au Mossad, le service de renseignements israélien, parvient à le capturer et à l’enlever. Et c’est en Israël, à Jérusalem, qu’il est jugé pour ses crimes.

Pendant trois mois, Joseph Kessel, alors journaliste, assiste à ce procès historique. A travers ses articles, c’est le journaliste, l’écrivain, et l’homme qui restitue les minutes du procès. Matériau inestimable. Kessel est grand reporter, juif, témoin des prémices de la Guerre d’Espagne, résistant, engagé dans les Forces françaises libres. C’est à lui également que l’on doit, avec Maurice Druon, les paroles du Chant des Partisans. La force de l’écriture de Kessel, homme libre, droit et engagé se met donc au service de la retranscription du procès de l’incarnation du mal. Dans le but de s’en approcher et de s’interroger sur l’horreur et l’inimaginable.

Poser une pierre sur le marbre de la mémoire

Ivan Morane s’empare du texte de Kessel, l’adapte et l’interprète. Le Procès Eichmann à Jérusalem, pour le metteur en scène, clôt quarante ans de création théâtrale. Point d’orgue d’une vie d’artiste, la pièce est une pierre posée sur le marbre de la mémoire. C’est en pensant aux membres déportés et assassinés de sa famille qu’Ivan Morane a désiré monter ce spectacle. « Le sujet que je n’ai jamais eu le courage d’aborder parce qu’il me touchait trop profondément est celui de la Shoah et de la disparition d’une partie de ma famille à Auschwitz en 1942″. Aborder ce sujet douloureux sur une scène de théâtre, c’est évoquer les âmes aimées et disparues.

Sur l’étroit plateau du Théâtre des Halles, la scénographie est réduite à l’essentiel. Deux espaces se font face. D’un côté, une petite table, une chaise, un cartable, un magnétophone. Et de l’autre, une « cage » en verre – évocation de celle du criminel nazi à son procès – où se tient, comme l’écrit Ivan Morane, « l‘araignée Eichmann« , cage où elle se débat et se terre, selon les accusations portées à son encontre. L’interprétation du comédien, empreinte d’une juste gravité, fait résonner la force des mots de Kessel. C’est sur la voix du sculpteur Shelomo Selinger*, déporté en 1942 dans neuf camps successifs et auteur de « Nuit et lumière« , que le spectacle se termine. Une façon de passer, aussi, une fois les projecteurs du théâtre éteints, de la nuit à la lumière.

A voir au Théâtre des Halles. ♥♥♥♥♡

*Le livre de Shelomo Selinger, « Nuit et lumière », coécrit avec Laurence Nobécourt, est paru aux éditions Albin Michel, en janvier 2021.


interview exclusive d'Ivan Morane par M La Scène


Le Procès Eichmann à Jérusalem

du 7 au 30 juillet – Relâches : 13, 20, 27 juillet

à 19h00

Théâtre des Halles

Rue du Roi René, 84000 Avignon

D’après Joseph Kessel

  • Metteur en scène : Ivan Morane
  • Interprète(s) : Ivan Morane
  • Régisseuse : Claire Boynard

  • Autres spectacles du Festival OFF d’Avignon, critique de M La Scène blog théâtre 

Affiche Morane Eichmann
Leave a comment

pina-pluiepina-mullerpina-mouvementpina-fleurspina-seulepina-groupe

Le Sacre du printemps le plus saisissant…

Enregistrer