Critique Theatre of Dreams

Chorégraphie Hofesh Shechter

310

Magnifiques rêves auxquels nous convie Hofesh Shechter dans Theatre of Dreams au Théâtre de la Ville. Nimbés par les lumières crépusculaires de Tom Visser, les danseurs déploient une énergie à la fois sensible et tellurique sur le plateau. 

Comme à travers des battements de paupières

Hofesh Shechter dévoile une création audacieuse, rassemblant treize danseurs dans un spectacle initié par le Théâtre de la Ville. Bien que sa propre compagnie, la Hofesh Shechter Company soit résidente au Brighton Dome de Londres, fort d’un compagnonnage de plus de dix ans, ainsi que le rappelle Emmanuel Demarcy-Mota, le chorégraphe a choisi la France pour élaborer et répéter cette production de grande ampleur, qui fait salle comble.

Entrer dans le rêve. Pénétrer dans un espace inconnu. La première image de Theatre of Dreams nous y convie. Un homme gravit les quelques marches qui le sépare du plateau. Lentement, dos au public, il soulève le bas du lourd rideau d’avant-scène. Puis, il s’introduit dans ce qui est caché.

Rêves, cauchemars, vont alors se succéder au rythme des différents tableaux, offerts ou dissimulés au regard. Les pans de rideaux noirs organisent la vision. Ils s’ouvrent, se ferment, coulissent, passent d’un côté à l’autre, jouant sur les profondeurs, avec vivacité. Semblablement au sommeil qui engourdit le dormeur qui lutte encore, les images nous parviennent parcellaires et tronquées. Comme si des paupières bataillaient avec force contre l’assoupissement et que le regard ne saisissait que des instantanés de réel. Aux battements de cils, répondent les pulsations de danse et de musique.

Theatre of Dreams
Photo @Tom Visser

Par éclats, les danseurs apparaissent et disparaissent, comme par magie, changeant de configuration et de tableau. Le style de Hofesh Shechter est là. Les pieds enracinés dans le sol, épaules et nuque en arrière, corps vibrants, mains tendues vers le ciel, les interprètes inscrivent puissamment des fragments de vie dans l’imaginaire de ceux qui les regardent. Nimbés par les lumières crépusculaires, de toute beauté, créées par Tom Visser, les danseurs déploient une danse sensuelle et tellurique à l’intensité saisissante. Le final, très réussi, sur la chanson Lemon Tree du groupe Fool’s Garden, rappelle la force de l’amitié et de l’amour.

Theatre of Dreams de Hofesh Shechter emporte le spectateur dans un songe vibrant sur un rythme auquel on ne peut échapper. Une réussite.

Les LM de M La Scène :LMMMMM


Theatre of Dreams

Au Théâtre de la Ville 

Jusqu’au 17 juillet

HOFESH SHECHTER COMPANY
Chorégraphie & musique Hofesh Shechter

Lumière Tom Visser
Costumes Osnat Kelner
Danseurs Tristan Carter, Robinson Cassarino, Frédéric Despierre, Rachel Fallon, Cristel de Frankrijker, Mickaël Frappat , Natalia Gabrielczyk, Zakarius Harry, Alex Haskins, Yeji Kim, Keanah Faith Simin, Juliette Valerio, Chanel Vyent
Musiciens Yaron Engler, Sabio Janiak, Alex Paton


Lire une autre critique récente de M La Scène ? Celle-ci pourrait vous intéresser : Critique Terrasses mis en scène Denis Marleau

S'abonner à notre newsletter
laissez un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus