M La Scène
Critiques Théâtre et Danse

Incandescences mise en scène Ahmed Madani

Les jeunes comédiens d'Incandescences @MadaniCompagnie
134

Pour Incandescences, dernier volet de sa trilogie « Face à leur destin« , Ahmed Madani s’entoure de neuf jeunes comédiens issus des quartiers populaires et bouscule les préjugés. Ils nous parlent d’amour, de sentiments amoureux et touchent au coeur (Nos interviews vidéo d’Ahmed Madani et des jeunes interprètes)

L’amour vécu jusqu’à l’incandescence

Après Illuminations et Flammes, Incandescences est le troisième volet d’une trilogie commencée en 2012. Neuf jeunes gens «  face à leur destin » viennent nous parler d’amour, de sexualité, de peur, de dépassement, de désirs autorisés ou non. Car l’amour et la sexualité dans leurs quartiers populaires est souvent, comme le rappelle Ahmed Madani, un « sujet tabou »

Pour le metteur en scène, il s’agissait « de faire entendre la voix d’une jeunesse rarement entendue « , d’amener dans la lumière des projecteurs, « d’autres corps, d’autres visages, d’autres histoires ».  L’accent est mis sur les interdits inconscients qui pèsent sur chacun de ces jeunes. Difficulté du rapport homme-femme, poids du regard, fardeau de la « réputation« , exigence des traditions familiales ou religieuses, sont autant de barreaux aux désirs qui traversent cette jeunesse. La pièce d’Ahmed Madani éclaire les chemins intimes qui permettent à ces jeunes de s’autoriser à être libres d’aimer, de s’autoriser à être heureux et à vivre l’amour avec incandescence.

De l’intime à l’extime

Avec courage, sans filtre – autre que celle de l’écriture – et sans pudeur, ces jeunes comédiens non professionnels se livrent face public à une mise à nu de leur intimité. Il est question de sentiments amoureux, de première fois, de masturbation, d’homosexualité, de viol. Sur le plateau, rien ne semble plus être  tabou. Chaque récit est revendiqué, assumé et porté avec force. Aboubacar Camara, Ibrahima Diop, Virgil Leclaire, Marie Ntotcho, Julie Plaisir, Philippe Quy, Merbouha Rahmani, Jordan Rezgui, Izabela Zak portent avec énergie et gaieté leur histoire familiale et personnelle.

L’écriture est le biais qui a permis de passer de l’intime à l’extime. Fidèle à sa méthode d’exploration du réel, Ahmed Madani et sa compagnie ont travaillé à collecter in situ une matière brute, chauffée à blanc. Entretiens, improvisations, longues discussions collectives, – souvent « houleuses » d’après les interprètes- , ont présidé à l’écriture. Celle-ci génère la distance nécessaire qui permet à la fiction d’exister. La parole incandescente peut alors être portée sur scène. La force vitale de cette jeunesse est un cadeau dont il faut profiter au plus vite !

A voir, au Théâtre des Halles.


Incandescences

du 7 au 30 juillet – Relâches : 13, 20, 27 juillet

à 11h00

 HALLES (THÉÂTRE DES)

  • Metteur en scène et auteur : Ahmed MADANI
  • Interprète(s) : Aboubacar CAMARA, Ibrahima DIOP, Virgil LECLAIRE, Marie NTOTCHO, Julie PLAISIR, Philippe QUY, Merbouha RAHMANI, Jordan REZGUI, Izabela ZAK

  • Autre critique de M La Scène blog théâtre spectacle d’Ahmed Madani

INTERVIEW D'AHMED MADANI, AUTEUR ET METTEUR EN SCÈNE

INTERVIEW DES JEUNES INTERPRÈTES D'INCANDESCENCES