Critique HEN création et mise en scène Johanny Bert #OFF19

Critique M La Scène : L M Bien

HEN Photo Christophe Raynaud de Lage
109

Critique Hen

Au Théâtre du Train bleu, Johanny Bert créé HEN, une marionnette en mousse, exubérante et à la sexualité débridée. La diva transformable, protéiforme, chante le droit à la différence dans une sorte de music-hall qui évoque les cabarets berlinois des années 30.

HEN contre la haine

HEN (prononcer « Heune ») n’est pas juste un prénom. C’est un pronom personnel de troisième personne du singulier récemment créé en Suède pour désigner indifféremment une femme ou un homme. Un indéfini, un neutre pour nommer une personne de manière non sexuée en suédois. « Hen » évite l’utilisation des pronoms han (il) et hon (elle) qui sont inflexibles et permet notamment une transparence dans les Curriculum Vitae. Adopté par le  mouvement transgenre, le dictionnaire suédois l’a entériné officiellement. 

Johanny Bert s’empare de cette réalité pour créer une marionnette « altersexuelle », au corps mouvant. Manipulée à vue par deux acteurs (Johanny Bert et Anthony Diaz), la créature chauve se pare au gré de ses envies d’attributs féminins ou masculins.

HEN
HEN (c) Christophe Raynaud de Lage

« Hen » affirme son nom de scène. Accompagnée en live par le violoncelle électro-acoustique de Guillaume Bongiraud et les percussions de Cyrille Froger, la diva à la voix chaude et douce propose un tour de chant excentrique. Elle reprend des chansons de Pierre Notte, Perrine Griselin, Laurent Madiot, Brigitte Fontaine, Serge Gainsbourg, Catherine Ringer, tandis que son corps se métamorphose ou se disloque. Des godemichés s’exhibent, des vulves volent. La sexualité se fait facétieuse et insolente.

Subversif, le travail de marionnettiste de Johanny Bert joue de la nudité et de l’humour pour poser la question de l’identité. HEN est un autre. Contre la haine, la créature offre son corps mutant, son corps décomplexé et des chansons. Au Théâtre du Train bleu, elle conquiert son public.


Théâtre du Train bleu à 17h10 les jours pairs

Conception, mise en scène et voix de HEN Johanny BER

Comédiens marionnettistes Johanny BERT et Anthony DIAZ

Collaboration mise en scène Cécile VITRANT

Arrangements et musique live Guillaume BONGIRAUD (violoncelle électro-acoustique) et Cyrille FROGER (percussionniste)

Costumes Pétronille Salomé 

Plasticien-sculpteur Eduardo Felix 

Festival d’Avignon #OFF19 : lire une autre critique théâtrale de M La Scène

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.