Critique Vies de papier, Cie La Bande Passante #OFF19

Critique M La Scène : L M Énormément

Copyright Cie la Bande Passante
93

Inventeurs de ce qu’ils appellent le « théâtre d’objets documentaire », Benoît Faivre et Tommy Laszlo dans Vies de papier mènent l’enquête à partir d’un album de photos découvert dans une brocante. Une plongée ludique et passionnante dans une histoire qui nous mène bien plus loin que prévu.

interview par M La Scène à l'issue du spectacle

Critique Vies de Papier

Par un hasard heureux

Un dimanche, à Bruxelles, dans une brocante populaire, Tommy Laszlo découvre un objet exceptionnel. Un album de photos, parfaitement conservé, où tout semble avoir été façonné pour rendre hommage à une femme. De sa naissance à son mariage, des images travaillées, des découpages, des dessins, des collages, rendent compte des étapes de sa vie. Par un hasard plus qu’heureux, cet album intime et particulier tombe entre les mains de Tommy Laszlo et de Benoit Faivre, inventeurs de ce qu’ils nomment « le théâtre d’objets documentaire ».

Qui était cette femme ? Vies de papier présente, sous nos yeux, tout le travail de recherche et de documentation réuni pour répondre à cette question. A partir de l’album, de ses photos, détachées avec soin, analysées, questionnées, à partir de cette archive intime, les membres de la Cie La Bande passante partent à la rencontre de cette femme. Le récit de cette enquête est restituée sur scène par un travail extrêmement riche. Par le biais de formes croisées ( cinéma, transformation plastique, augmentation d’objets, montage vidéo et manipulation d’objets, en présence, filmée en direct), le spectateur est au cœur de la réalisation. L’objet réel, animé, théâtralisé, poétisé, est pris dans le présent de la représentation. 

De l’autre côté du miroir

C’est une des premières fois que Tommy Laszlo et que Benoit Faivre sont présents physiquement sur scène « avec un texte en bouche ».  Ils sont partie prenante de l’histoire racontée. Sur l’écran et sur le plateau. Réalisateurs du documentaire qui se vit et se tourne en direct, manipulateurs des objets qui inscrivent leur réalité dans la performance sensible, ils deviennent acteurs et témoins d’une histoire qui devient la leur.

En partant à la rencontre de Christa, la femme de l’album, les metteurs en scène vont soulever sans le vouloir des pans cachés de leur histoire personnelle. Comme si l’album de photos, découvert par hasard, convoquait leurs propres albums de famille. L’objet les amène à se révéler et à mettre à jour des secrets qui avaient été occultés. 

 M La Scène avait déjà beaucoup aimé Cockpit cuisine, le docu-fiction de la Cie La Bande passante,Vies de papier est encore une pépite. L’inventivité et la sincérité de la démarche embarquent le spectateur. Objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ?” A la question de Lamartine, nous ne pouvons répondre que par l’affirmative, à l’issue de la représentation.


Festival #OFF19 d’Avignon au 11 Gilagamesh Belleville, à 15h10

Avec Benoît Faivre et Tommy Laszlo

Réalisation Benoît Faivre, Kathleen Fortin, Pauline Jardel et Tommy Laszlo

Direction artistique Benoît Faivre, Tommy Laszlo

Regard extérieur Kathleen Fortin

Prise de vues Pauline Jardel

Création musicale Gabriel Fabing

Création lumière Marie-Jeanne Assayag-Lion

Costumes Daniel Trento

Construction Marie-Jeanne Assayag-Lion, Olivier Gaille, David Gallaire, Thierry Mathieu et Daniel Trento

Régie Marie-Jeanne Assayag-Lion ou Charline Dereims


Lire une autre critique théâtrale sur Cockpit cuisine de Cie La Bande Passante

Teaser Vies de Papier

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.