M La Scène
Critiques Théâtre et Danse

L'ÉDITO DE M LA SCÈNE BLOG THÉÂTRE

ÉDITO Janvier 2022.

M La Scène vous adresse ses meilleurs vœux pour l’année 2022. Puisse-t-elle voir les nuages encore menaçants disparaître !

Pour nous, l’année s’est terminée sur le plaisir de retrouver le travail de Kurô Tanino, au Théâtre de Gennevilliers. Le metteur en scène japonais présentait La Forteresse du sourire. La création, nourrie par le jeu tout en retenue et puissant des acteurs, touchait par sa délicate et profonde humanité.

De belles découvertes ont marqué également cette fin d’année :

Le Passé, mis en scène par Julien Gosselin, d’après l’auteur russe Léonid Andréïev, frappait par sa virtuosité à retranscrire par l’image la tragédie d’êtres plongés dans un enfer intérieur. L’actrice, Victoria Quesnel, époustouflante, y crevait l’écran.

Suite de l’éditorial

Carmen Flamenco mise en scène Jean-Luc Paliès

L MM

Carmen flamenco © Xavier Cantat
518

Carmen Flamenco de Jean-Luc Palliès mêle théâtre, lyrique, cante Jondo et flamenco. Au Théâtre 13, le public plébiscite cette adaptation ambitieuse de la Carmen de Mérimée et de Bizet. 

L’Andalousie au cœur

Fidèle à la célèbre nouvelle de Mérimée, Carmen Flamenco reprend l’idée d’un récit rétrospectif. Sur le plateau, deux espaces cohabitent, celui de la narration et celui de la danse et de la musique.

Le premier, à cour, est celui de Don José (Benjamin Penamaria)Éclairé par des lumières crépusculaires, l’homme qui attend la mort dans sa cellule revient sur sa rencontre avec Carmen, la sulfureuse gitane et sur sa longue descente en enfer où l’ont mené sa passion et sa jalousie.  Dégradé, cet ancien officier devient un bandit et l’assassin de la femme qu’il n’a pu soumettre. Son récit est entrecoupé, rythmé par les accents ardents du chant et de la danse. 

 

Carmen Flamenco
Carmen Flamenco (c)Estilo studio

 

e second est l’espace virevoltant, chantant et dansant de Carmen et sa bande de cantaores, musicos, guitarras, bailador et bailadora. Un piano ( Jérôme Boudin-Clauzel), une guitare ( José Luis Dominguez) accompagnent le cante jundo de Luis de la Carrascacomme le chant lyrique de Magali Paliès, ainsi que les deux danseurs de flamenco ( la talentueuse Ana Pérez et l’énergique Kuky Santiago). Les artistes font vivre l’âme fougueuse de l’Andalousie.

Carmen flamenco mis en scène par Jean-Luc Paliès évite l’écueil du patchwork de morceaux à succès et parvient à créer un spectacle total où la qualité des interprètes et leur générosité sont plébiscitées par le public, à chaque instant conquis. 

Au Théâtre 13 Seine

Lire la critique M La Scène sur Carmen(s) de José Montalvo

Show Comments (1)