M La Scène
Critiques Théâtre et Danse

Penthésilée mise en scène Sylvain Maurice

Critique M La Scène : ♥♥♥♥♡

Penthésilée ©Christophe Raynaud de Lage
374

Penthésilée, la nouvelle création de Sylvain Maurice, directeur du Théâtre de Sartrouville, séduit. Le poème dramatique d’Heinrich von Kleist est porté sur scène dans une esthétique de concert. La voix de la reine des Amazones y résonne avec force, musicalité et actualité.

LES INTERVIEWS DE M LA SCENE : ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MAURICE, METTEUR EN SCÈNE

« Conquérir ou mourir »

La figure guerrière de Penthésilée traverse la mythologie.  La reine des Amazones est fille d’Arès. Après la mort d’Hector, tué et humilié par Achille, elle rejoint les Troyens, accompagnée de sa troupe de fières amazones. Sa vaillance et son ardeur enflamment le coeur meurtri de Priam. Sa lance redoutable décime les Grecs. Mais, au cours d’un terrible combat singulier avec Achille, la belliqueuse Penthésilée s’effondre. Lorsque le héros grec se penche vers son corps encore palpitant, il regrette jusqu’au fond du coeur de l’avoir immolée, tant sa taille et sa beauté étaient semblables à celles des déesses. Ainsi, sa mort est-elle décrite par Quintus de Smyrne, poète grec, qui prolonge le récit d’Homère.

Le dramaturge allemand, Heinrich von Kleist reprend la légende antique. Penthésilée devient l’héroïne flamboyante de son poème tragique mais il choisit d’en réécrire l’histoire.  La fille d’Arès se sait destinée au héros grec. En accord avec la loi des Amazones, elle doit vaincre celui qu’elle désire sur le champ de bataille pour s’accoupler ensuite avec lui. Les deux guerriers s’affrontent. Penthésilée croit l’avoir vaincu et laisse parler sa passion. Quand l’Amazone découvre qu’Achille l’a dupée, sa fureur se déchaîne. La Reine bafouée tue Achille et le déchiquète, telle une Ménade sauvage, avant de se suicider. Le corps d’Achille, désiré, a été dévoré. La force  destructrice de l’amour et du destin n’appellent que la mort. 

Penthésilée
Penthésilée © Christophe Raynaud de Lage

Comme un oratorio 

 Sylvain Maurice choisit de monter Penthésilée comme un oratorio. Tous les personnages sont interprétés par une seule comédienne : Agnés Sourdillon. Face public, dans un décor épuré, la narratrice livre son récit haletant, tel un coryphée antique. A la pulsation de sa voix répond la pulsation d’un choeur. Chanteuses,  beatboxeuse (r), bassiste, accompagnent en direct les paroles de la récitante. Pour Sylvain Maurice, la musique originale composée par Dayan Korovic, mâtinée de pop, de gospel, de soul, de funk et d’électro, « augmente le paysage, l’espace, le temps, du récit ». La musique en prolonge le paysage sonore et musical. Un véritable dialogue se crée. Dans le rythme et la respiration. 

Le dispositif, volontairement frontal et dépouillé, met en exergue la parole et le chant. Au centre du plateau, une fine estrade mobile se hisse au dessus d’un carré blanc. Sur celle-ci se tient, la figure altière de Penthésilée, lorsqu’Agnès Sourdillon l’incarne. La gestuelle de la comédienne s’inscrit, elle aussi, dans le paysage sonore. La précision de ses mouvements est si précise qu’elle semble chorégraphiée. En parallèle à ce travail d’épure, les créations vidéo de Loïs Drouglazet, magnifiques, ouvrent un espace mental où les forces du désir, de la démesure et la folie destructrice s’expriment.

Sur scène, Sylvain Maurice restitue la force tragique du texte de Kleist et fait battre le choeur de Penthésilée, une femme libre, désirante, émancipée et guerrière. Une Amazone. Une soeur.


Penthésilée  Théâtre de Sartrouville  du 4  au 27 MARS 2020
d’après Heinrich von Kleist
version scénique et mise en scène Sylvain Maurice
traduction Ruth Orthmann et Éloi Récoing
scénographie Antonin Bouvret
costumes Virginie Gervaise
lumière Gwendal Malard
création vidéo Loïs Drouglazet
avec Agnès Sourdillon et Janice in the Noise, Ophélie Joh, Julieta,
Dayan Korolic, Mathilde Rossignol, Paul Vignes

Lire une autre critique M La Scène spectacle au Théâtre de Sartrouville