M La Scène
Critiques Théâtre Danse Musique Opéra

Le Moine Noir THE ЧЁРНЫЙ МÖNCH

Mise en scène Kirill Serebrennikov

LE MOINE NOIR Texte Kirill Serebrennikov mise en scene, scénographie Kirill Serebrennikov, d’apres Anton Tchekhov (c)Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon
607

Cour du Palais des papes, Kirill Serebrennikov propose une plongée abyssale dans l’esprit humain, à la recherche de ce qui constitue la folie. Le Moine noir, d’après une nouvelle de Tchekhov, alourdi par son quatrième acte, n’en demeure pas moins intéressant.

Un palimpseste au noir

Une légende s’attache à l’écriture de cette nouvelle par Anton Tchekhov. « Le Moine noir »  serait né d’un rêve terrible, lors d’une sieste : la vision cauchemardesque d’un moine sinistre planant au dessus d’un champ. La nouvelle paraitra en janvier 1894.

Andrei Kovrin souffre d’une dépression nerveuse. A l’invitation de son amie d’enfance Tanya Pesotskaya, il se rend sur le domaine de Borisovk. Yegor Semenovicha, le père de la jeune femme, a consacré toute sa vie à son jardin. Il envisage alors de marier sa fille avec l’intellectuel qu’il admire, afin d’assurer la survie de sa propriété. Mais, très vite, Andrei Kovrin est sujet à des hallucinations. Il croit voir un moine noir qu’une vieille légende évoque. Exalté par ses conversations avec l’être étrange qu’il est seul à voir, il bascule petit à petit dans la folie. Certain qu’il est l’élu, il meurt la bouche en sang, convaincu d’être un génie.

A partir de cette matière littéraire, Kirill Serebrennikov crée une pièce en quatre actes qui interroge, par sa structure même, les ressorts dramatiques de la folie. Conçu comme un palimpseste au noir, le spectacle se réécrit au fur et à mesure, chaque acte effaçant ce qui a préexisté mais laissant apparaître les traces de ce qui a précédé.

A travers cette réécriture en mouvement, Kirill Serebrennikov propose une plongée abyssale dans l’esprit humain, à la recherche de ce qui constitue la folie. Tentative théâtrale pour cerner la gangue ténébreuse dont le personnage principal reste prisonnier et qui l’empêche de s’émanciper de ses démons intérieurs.

Diffracter la perception de la réalité

Les trois personnages principaux (Yegor, Tanya et Andrei), prennent, tour à tour, en charge le récit. Le point de vue de chacun oblique le regard. L’histoire se répète mais, dite par un autre. Mêmes phrases, même fin funeste, mais, vécue et racontée dans un ressenti différent.

Pour accentuer, ce cycle qui ne parait pas finir, Kirill Serebrennikov diffracte la perception de la réalité. Trois acteurs incarnent successivement Andrei Kovrin. Le premier parle en allemand, le second en anglais, et le dernier en russe. Filipp Avdeev, qui incarne l’ultime version du personnage, est particulièrement saisissant. Puissant, inquiétant, il dégage une force menaçante, magnétique, alliée à la une fragilité ténue. 

Scéniquement, les éléments se déplacent, évoluent, pour illustrer les nouvelles versions de l’histoire. Les trois serres qui constituent le décor, enveloppées de bâches en plastique, sont manipulées à chaque acte, poussées, roulées, renversées, se désagrégeant au fil de l’avancée de la folie et sous les coups du mistral. Parallèlement, l’empreinte ténébreuse dans l’esprit tourmenté d’Andrei Kovrin, le philosophe, se traduit par la présence démultipliée du moine noir. Les silhouettes sombres des danseurs envahissent le plateau comme ils colonisent les pensées du personnage.

Le troisième acte est, à n’en pas douter, le plus noir mais aussi le plus beau. La chorégraphie, le chant et le jeu puissant du comédien lui confèrent une force visuelle unique. On aurait aimé qu’il clôture le spectacle. Mais, Kirill Serebrennikov choisit, au quatrième acte, de laisser à la danse le dernier mot. Semblables à des derviches tourneurs, les moines paraissent vouloir mimer un état d’extase mystique, mais l’ensemble ne convainc pas et affadit ce qui précédait. 


Le Moine noir de Kirill Serebrennikov relève le défi lancé par la Cour du Palais des papes. Les hauts murs de pierres, lors du salut, se teintent de rouge. Un large STOP WAR, en lettres blanches est projeté. Un appel à juguler la folie des hommes. ♥♥♥♥♡


 


LE MOINE NOIR

THE ЧЁРНЫЙ MÖNCH

D’après Anton Tchekhov

Kirill Serebrennikov

Hambourg – Moscou – Avignon / Création 2022

Avec Filipp Avdeev, Odin BironBernd GrawertMirco KreibichViktoria Miroschnichenko, Gabriela Maria SchmeideGurgen Tsaturyan
Et les chanteurs Genadijus Bergorulko (baryton), Pavel Gogadze (ténor) , Friedo Henken (baryton), Sergey Pisarev (ténor), Azamat Tsaliti (baryton), Alexander Tremmel (ténor), Vitalijs Stankevich (baryton)
Et les danseurs Tillmann BeckerArseniy GordeevAndrey OstapenkoLaranIlia Manylov, Andreï Petrushenkov, Ivan Sachkov, Daniel Vliek

Texte Kirill Serebrennikov
Mise en scène, scénographie Kirill Serebrennikov
Collaboration à la mise en scène et chorégraphie Ivan EstegneevEvgeny Kulagin
Musique Jēkabs Nīmanis
Direction musicale Uschi Krosch
Arrangements musicaux Andrei Poliakov
Dramaturgie Joachim Lux
Lumière Sergey Kuchar
Vidéo Alan Mandelshtam
Costumes Tatiana Dolmatovskaya
Assistanat à la mise en scène Anna Shalashova
Traduction en français pour le surtitrage Daniel Loayza, Macha Zonina
Traduction en anglais pour le surtitrage Lucy Jones


Vous souhaitez lire une autre critique de M La Scène ? Celle-ci pourrait vous intéresser :
Critique La Mouette mise en scène Cyril Teste

S'abonner à notre newsletter
Leave a comment