Critique Rose et Massimo

Mise en scène Alain Sachs

630
critique Rose et Massimo

Rose et Massimo du jeune auteur Felix Radu met en lumière les amours entre un jeune homme désoeuvré et une princesse esseulée. Mise en scène par Alain Sachs, la première pièce du chroniqueur et comédien de nationalité belge, mêle humour et lyrisme. Une façon de rendre hommage à Molière ou Musset. Un air de romantisme connu flotte sur le plateau. 

Rêver encore et toujours

Tout commence par un quiproquo. Comme souvent dans les comédies. Un matin, Aldo entre précipitamment chez Massimo et le réveille. Il doit rejoindre la femme qu’il aime avant qu’elle ne parte. Aldo demande à son ami de le remplacer auprès d’une princesse afin de lui donner un cours d’italien. Massimo, par amitié, ose se présenter au palais alors qu’il ne parle pas un mot de la langue de Dante. De là, naît une idylle qui surprend les deux jeunes gens et qui les mènent beaucoup plus loin qu’ils ne l’auraient pensé. Amour et drame seront liés.

 

Félix Radu, le jeune auteur talentueux, a été récompensé par le Prix Raymond Devos de l’humour alors qu’il n’avait que vingt ans. Sa jeunesse et sa fougue le portent à écrire une pièce qui soit un hymne à l’amour, à l’énergie de vivre et aux grands auteurs qui ont nourri son imaginaire. Ainsi qu’il l’explique : « Moi, j’avais 20 ans. J’avais le cœur débordant. Il fallait que j’écrive une pièce de théâtre. Mais pas n’importe laquelle. Qu’elle ait sa place dans la bibliothèque d’une savante littéraire tout comme sur l’étagère d’un jeune, à côté d’un jeux PS5 et d’une paire d’écouteurs. Il fallait faire le pont entre deux générations. Cela tombait bien, j’avais la profonde conviction d’appartenir aux deux. Du moins de les connaître et les aimer. »

Sur le plateau, le dynamisme ne faiblit pas. Felix Radu, accompagné de Lou Noérie, Hugo Lebreton, Lionel Nocentini, défend son personnage avec ardeur. Ce rêveur est prêt à tout pour fermer les yeux et croire en ses rêves. La scénographie et les costumes, cependant, alourdissent l’ensemble. Ils tirent la pièce vers un théâtre du passé où les toiles peintes faisaient décor. Un écrin plus moderne aurait certainement mis plus en valeur l’écriture généreuse de Félix Radu.


Après le Festival OFF d’Avignon, la pièce, Rose et Massimo de Felix Radu, sera reprise au Petit Montparnasse à Paris, dès le 17 septembre.

Les LM de M La Scène : LMMMMM

 

Rose et Massimo

Théâtre du Girasole

7 au 29 juillet – Relâches : 10, 17, 24 juillet

à 15h45

Festival OFF d’Avignon 2023

Texte : Félix Radu

  • Mise en scène : Alain Sachs
  • Interprète(s) : Lou Noérie, Félix Radu, Hugo Lebreton, Lionel Nocentini
  • Collaboratrice artistique : Corinne Jahier
  • Décor : Valérie Guy, Sean Dunbar, Alain Sachs
  • Costumes : Hervé Delachambre
  • Musique : Patrice Peyriéras
  • Lumières : Muriel Sachs, Moïse Hill
  • Chorégraphie : Patricia Delon

  • Vous souhaitez lire une autre critique de M La Scène sur un spectacle du Festival OFF d’Avignon 2023 ? Celle-ci pourrait vous plaire : Critique Le Jeu de l’amour et du hasard du Collectif l’Émeute

laissez un commentaire

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter En savoir plus