Critique Choeur des amants

Texte et mise en scène Tiago Rodrigues

David Geselson et Alma Palacios dans Choeur des amants, texte et mise en scène Tiago Rodrigues (c)Filipe Ferreira
979

Théâtre des Bouffes du Nord, Tiago Rodrigues reprend sa première pièce de théâtre, Chœur des amants, écrite et créée à Lisbonne en 2007. Les deux acteurs, Alma Palacios et David Geselson, redisent en choeur la nécessité de « citer »  l’amour.  

Les amants à coeur de voix

Belle actualité pour Tiago Rodrigues. Nommé à la direction du Festival d’Avignon en septembre dernier, à la suite d’Olivier Py, le metteur en scène présente trois pièces en ce début de saison. Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, Dans la mesure de l’impossible, donné aux Ateliers Berthier, bouleverse. Tandis qu’au Théâtre des Bouffes du Nord, deux oeuvres signées de sa main, peuvent être vues et découvertes au même moment, Catarina et la beauté de tuer des fascistes et Chœur des amants.

Choeur des amants est une pièce courte. Une femme et un homme, mariés, sont parents d’une petite fille. Un soir, la femme se réveille. Sa voix défaille. Elle ne peut plus respirer. Conduite en urgence à l’hôpital par son compagnon, elle pense mourir. Dans la salle d’attente, l’homme imagine le pire. Comment réagir à l’annonce de la mort de celle qu’on aime ? Finalement, la vie aura le dessus et les deux amants reprendront le fil de leur existence, célébrant, ensemble, par la voix, la puissance de l’amour qui les relie.

L’originalité du spectacle tient à sa choralité. Les deux amants racontent simultanément leur histoire mais, donnent à entendre leur propre version. Face public, dans une parole résolument adressée, les deux protagonistes construisent le chant parlé du récit qu’ils partagent. Mots, silences, contrepoints se répondent dans une composition au cordeau. La musicalité devient l’élément fort de la dramaturgie.

La chanson de vieux amants

La scénographie est réduite à l’essentiel, comme reléguée au second plan. Un rideau vert mordoré est tendu en fond de scène. Il est à la fois tenture et forêt. Une petite table aux teintes sombres se tient tout près. Deux chaises l’encadrent. Une bouilloire noire se devine, flanquée de deux tasses, une rouge et une blanche. Un troisième récipient arrondi servira à déposer les sachets de thé. Sur le plateau brut, des copeaux clairs jonchent le sol et évoquent des flocons de neige.

Le spectacle repose donc principalement sur l’interprétation et sur les vibrations vocales des acteurs. Le jour de la première, David Geselson donnait la réplique à Alma Palacios. On les avait déjà aimés dans Bovary , mis en scène par Tiago Rodrigues, au Théâtre de la BastilleEntre les deux comédiens, la connivence est palpable. De concert, ils livrent une partition fine et maîtrisée où chacun d’entre eux laisse transparaître sa personnalité. 

Treize ans après sa première création, Tiago Rodrigues prolonge la première musique. « On dirait qu’une vie s’est déroulée » , disent la femme et l’homme.  Les personnages ont pris le temps de poursuivre leur chemin. A l’instar de Scarcafe, avec Al Pacino, la vie a laissé ses cicatrices, mais le couple refuse de connaître la fin du film, comme celle de leur histoire. « On a le temps » , répètent-ils. L’important est de « citer l’amour » . L’amour ne peut être raconté, dit le dramaturge. Comme un poème ou une chanson, il faut le vivre, le déclamer ou le chanter. Ainsi, les deux comédiens reprennent-ils, ensemble, le refrain de La Chanson des vieux amants de Jacques Brel : « Mais mon amour /Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour / De l’aube claire jusqu’à la fin du jour / Je t’aime encore tu sais/ Je t’aime » .


 Choeur des amants de Tiago Rodrigues est un hymne touchant à l’amour et à la puissance du langage. ♥♥♥♡♡


Choeur des amants

Théâtre des Bouffes du Nord

Texte et mise en scène Tiago Rodrigues

Avec David Geselson ou Grégoire Monsaingeon (en alternance) et Alma Palacios
Scénographie Magda Bizarro et Tiago Rodrigues
Lumières Manuel Abrantes
Adaptation Lumières pour Bouffes du Nord Rui Monteiro
Costumes Magda Bizarro
Traduction du texte Thomas Resendes


Vous souhaitez lire une autre critique de M La Scène sur une mise en scène de Tiago Rodrigues ? Celle-ci pourrait vous intéresser : Critique Dans la mesure de l’impossible 

S'abonner à notre newsletter
Leave a comment