M La Scène
Critiques Théâtre Danse Musique Opéra

Critique Après la fin

Mise en scène Philippe Baronnet

Clément Ohlmann et Colomba Giovanni dans Après la fin, mise en scène Philippe Baronnet. (C)Victor Tonelli
184

Au Théâtre de Belleville, Philippe Baronnet met en scène Après la fin de Dennis Kelly. Les deux jeunes comédiens, Colomba Giovanni et Clément Ohlmann, relèvent le défi d’incarner la violence et la complexité des personnages.


Après la représentation ... Entretien avec Philippe Baronnet, metteur en scène


Un huis-clos redoutable

Une explosion nucléaire a eu lieu. Deux personnages, épargnés, se retrouvent dans un ancien abri souterrain que l’homme possède au fond de son jardin. Mark a porté son amie pour la sauver. Louise, qui était inconsciente, n’a rien vu de la catastrophe. Elle découvre l’intérieur du bunker savamment organisé par son propriétaire. Lit, couverture, eau, boîtes de conserve, rien de parait manquer. Les deux survivants sont condamnés à vivre ensemble. Commence une lutte de pouvoir, exacerbée par l’emprisonnement et la privation, où la violence psychique et physique aura la part belle. Jusqu’à la révélation finale. 

Après la fin, la pièce de Dennis Kelly, est bâtie comme un huis-clos redoutable. La construction rigoureuse ménage le rire et l’effroi. Les dialogues, vifs et ciselés, constituent la pierre angulaire de l’affrontement entre les deux personnages prisonniers de leur peur et de leurs fantasmes. Entre bourreau et victime, la lutte pour la survie s’appuie sur les mots. Le langage devient une arme pour dominer ou asservir l’autre avant que le corps ne cède à la violence. Philippe Baronnet qualifie la pièce de « machine à jouer »  et souligne les défis de mise en scène dont celle-ci est porteuse.

La justesse de la direction d’acteurs 

Philippe Baronnet a opté pour un dispositif bifrontal qui place le spectateur de chaque côté du plateau. Pour le metteur en scène, le bifrontal présente un double avantage : le spectateur est  » en immersion très forte, attentif aux regard, aux mains. Et en même temps, il voit les spectateurs en face ce qui permet une distance car la pièce va très loin dans une mécanique implacable. »  Dans La Musica II, la pièce de Marguerite Duras, que Philippe Baronnet avait présenté à Avignon, le dispositif  installait le spectateur au plus près de la partition que jouait les anciens amants. Ici, la scénographie renforce l’enfermement.

Pour les deux jeunes comédiens, Colomba Giovanni et Clément Ohlmann, l’épreuve est de taille. Aucun échappatoire n’est possible. Ils sont pris en étau sous un double regard. Pendant un heure et demie, les interprètes se livrent avec une grande sincérité à un duel qui ne permet pas de repos. La tension est extrême. Psychique. Physique. Encore une fois, la direction d’acteurs est au plus juste. Évitant un voyeurisme malsain, Philippe Baronnet joue avec subtilité du noir ou de la pénombre, pour protéger ses jeunes interprètes d’une exposition trop crue.

Les rythmes de la batterie, jouée en direct par Lucas Jacquart, interviennent en contrepoint de l’action. Coupant parfois la parole aux protagonistes, ils soulignent l’irrémédiable engrenage de la violence et fabriquent à eux seuls les images de ce qui ne peut être montré. Ceux qui auront vu Scènes de violences conjugales de Gérard Watkins, où la batterie était déjà présente, y perdront cependant un peu d’émotion.


Après la fin, mis en scène par Philippe Baronnet, au Théâtre de Belleville, tient le spectateur en haleine et offre à ses deux jeunes interprètes une partition intense. ♥♥♥♡♡


Après la fin 

Théâtre de Belleville     04/09 > 27/09 – 2022

Lun. : 21h15
– Mar. : 19h
– Dim. : 17h30

Texte Dennis Kelly

Mise en scène Philippe Baronnet

Jeu Clément Ohlmann, Colomba Giovanni

Batteur Lucas Jacquart

Lumières Mathilde Foltier-Gueydan

Scénographie Philippe Baronnet

Équipe administrative Valérie Giovanni


Vous souhaitez lire un autre  article de M La Scène sur la thématique de la violence infligée aux femmes ? L’interview de Gérard Watkins , pour Scènes de violences conjugales pourrait vous intéresser.

S'abonner à notre newsletter
Leave a comment