M La Scène
Critiques Théâtre Danse Musique Opéra

Je ne cours pas je vole

Mise en scène Johanna Boyé

Je ne cours pas, je vole, mise en scène Johanna Boyé, ®-Aurore-Vinot
172

La première collaboration d’Elodie Menant et Johanna Boyé « Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty » avait remporté le Molière du Spectacle Musical 2020 et celui de la Révélation Féminine 2020. Je ne cours pas, je vole ne déçoit pas. 


Interview vidéo d’Élodie Menant réalisée par M La Scène


Une jolie course sans l’envol

Face public sur une estrade, des athlètes en tenue de sport se tiennent droit. Chacun d’eux, au micro d’une commentatrice, va se présenter. Nageuse, coureur de fond, sprinter, tennisman, gymnaste visent le podium. Laure Manaudou, Haile Gebrselassie, Usain Bolt, Rafael Nadal, ces figures emblématiques du sport de haut niveau sont interprétées par les comédiens. Ils reprennent leurs tics ou leurs paroles. L’ensemble va vite et fait rire.

Conçu autour de saynètes qui s’enchainent avec rapidité, Je ne cours pas, je vole, n’est pas qu’un spectacle sur le sport. Ainsi qu’Elodie Menant aime à le rappeler : « Ce n’est qu’un décor. Je voulais m’ouvrir à toutes les personnes. «  A travers l’histoire du personnage fictif de Julie Linard et de sa famille,  l’autrice aborde des thématiques plus profondes et plus personnelles. Comme Julie Linard, Elodie Menant  a été une grande asthmatique.  « Mon père m’a dit de courir pour enlever mon asthme. Et, c’est ce que j’ai fait. Ça n’a pas été simple mais ça a marché. »  Par le métier de sa mère, la jeune fille a aussi pu côtoyer la grande championne Marie-José Pérec et approcher cette quête folle du dépassement de soi.

La mise en scène de Je ne cours pas, je vole de Johanna Boyé est enlevée, rythmée. « Tout est chronométré, millimétré. On a des des repères, des timings extrêmement précis.  » , indique Elodie Menant. Les acteurs (Vanessa Cailhol, Olivier Dote Doevi, Axel Mandron, Elodie Menant, Youna Noiret, Laurent Paolini ) s’engagent véritablement physiquement et apportent une fraicheur et une dérision plaisantes à l’ensemble. Vanessa Cailhol, notamment, dans le rôle de Julie Linard, dont l’histoire constitue le fil rouge du spectacle, touche par sa délicate interprétation.


Je ne cours pas je vole, mis en scène par Johanna Boyé, propose une course réjouissante où la tendresse n’est pas absente. ♥♥♥♡♡



Je ne cours pas, je vole

ROI RENÉ (THÉÂTRE DU)

du 7 au 30 juillet – Relâches : 11, 18, 25 juillet

à 16h15

Auteur : Elodie Menant

  • Mise en scène : Johanna Boyé
  • Interprète(s) : Vanessa Cailhol, Olivier Dote Doevi, Axel Mandron, Elodie Menant, Youna Noiret, Laurent Paolini
  • Création sonore : Mehdi Bourayou
  • Chorégraphies : Johan Nus
  • Costumes : Marion Rebmann
  • Lumières : Cyril Manetta
  • Scénographie : Camille Duchemin
  • Assist. mes : Caroline Stefanucci

  • Vous souhaitez lire une autre critique de M La Scène sur un spectacle du OFF 22 ? Celle-ci pourrait vous intéresser : Critique Tout commence toujours par une histoire d’amour

Après la représentation ... Les interviews de M La Scène : Pierre Pradinas

S'abonner à notre newsletter
Leave a comment