M La Scène
Critiques Théâtre et Danse

Entre chien et loup mise en scène Christiane Jatahy

Entre chien et loup mise en scène Christiane Jatahy ©Christophe Raynaud de Lage
172

Librement inspiré du film « Dogville de Lars von Trier, « Entre chien et loup » de Christiane Jatahy, présenté au Festival d’Avignon 2021, interroge le réel du plateau pour éclairer les sombres chemins ordinaires qui mènent au fascisme. ( Voir l’interview exclusive de Christiane Jatahy pour M La Scène )


Perforer l’âme humaine jusqu’à en découvrir sa noirceur

« Entre chien et loup » , le titre de la dernière création de Christiane Jatahy, évoque le moment fatidique où le jour bascule vers la nuit. Celui où, dans l’obscurité, se tient le loup prêt à bondir sur le troupeau. Celui où vient le temps de lâcher les chiens pour empêcher la prédation. Métaphoriquement, le titre suggère le possible passage de la démocratie au fascisme. Comme le Brésil l’a tristement vécu et le vit encore.

Pour Christiane Jatahy, il est « difficile de séparer la fiction de la réalité ». Comme elle le dit : « Ce que nous sommes en train de vivre au Brésil est compliqué (…) Comme artiste, je pense qu’il est de ma responsabilité de parler de ça » . La metteure en scène choisit le film de Lars von Trier, « Dogville » comme objet d’inspiration. Il ne s’agit plus de théâtraliser la fiction cinématographique comme l’avait proposé Lars von Trier. Il s’agit d’expérimenter dans le réel de la représentation, la répétition d’une horreur advenue, puisque déjà  filmée, afin de l’arrêter. Sur le plateau, un des personnages, quelque peu utopiste, ( joué par Philippe Duclos) espère que l’expérience permettra de « perforer l’âme humaine jusqu’à en découvrir son éclat ». Mais, ce que « rejoueront » les acteurs ne servira qu’à perforer l’âme humaine jusqu’à en découvrir sa noirceur. Les sombres chemins ordinaires qui mènent au fascisme seront réempruntés.  

UNe expérience in situ

« Entre chien et loup » se présente, dès que les spectateurs s’installent dans la salle, comme une expérience à vivre en commun. De façon débonnaire, presque mondaine, l’un des personnages ( interprété par Matthieu Sampeur) les associe au processus de rencontres et de réflexion mené par le groupe depuis huit mois. Un travail d’extraction a commencé. Il s’agit d’écrire une autre histoire, différente de celle préexistante. Un sujet d’expérimentation est pris dans la salle. Julia Bernat, extrêmement impressionnante, incarne cette femme prise dans la foule. En fuite, poursuivie par une milice policière, la jeune femme sert de cobaye à l’expérience vécue en direct sur scène.

La mise scène de Christiane Jatahy travaille à rendre visible la répétition des actes et des décisions, comme le possible écart entre ce qui a eu lieu et ce qui pourrait être. Les acteurs manipulent à vue les objets, les déplacent, cherchent un autre agencement. Les images tournées en direct prolongent celles déjà tournées ou s’y opposent. Le théâtre est le lieu de la répétition par essence. C’est le lieu où les interprètes revoient le texte, les déplacements, ajustent en fonction des réactions du public, comme celui où ils rejouent, à chaque représentation, pourtant différente, un spectacle a priori fixé. Pour Christiane Jatahy, il est important de « chercher d’être en mouvement, de chercher la possibilité de changement. Il est important de regarder le passé, ne pas oublier pour construire le futur, (…) de répéter pour changer.  » En cela son théâtre se revendique comme profondément politique. 

« Entre chien et loup » met en scène un entre-deux funeste où le danger rôde mais où le théâtre doit se tenir en sentinelle.


interview exclusive de christiane jatahy pour m l scène


Entre chien et loup

75e édition du Festival d’Avignon

d’après Lars von Trier

Avec Véronique AlainJulia BernatÉlodie BordasPaulo CamachoAzelyne CartignyPhilippe DuclosVincent FontannazViviane PavillonMatthieu SampeurValerio Scamuffa

Adaptation, mise en scène et réalisation filmique Christiane Jatahy
Collaboration artistique, scénographie et lumière Thomas Walgrave
Direction de la photographie Paulo Camacho
Musique Vitor Araujo
Costumes Anna Van Brée
Vidéo Julio ParenteCharlélie Chauvel
Son Jean Keraudren
Collaboration et assistanat Henrique Mariano
Assistanat mise en scène Stella Rabello
Traduction en anglais pour le surtitrage Panthéa
Avec la participation de Harry Blattler Bordas


Le présent qui déborde Christiane Jatahy

Intéressés par une critique M La Scène blog théâtre ?