M La Scène
Critiques Théâtre et Danse

Les Raisins de la colère mise en scène Xavier Simonin

Les Raisins de la colère (c) Laurencine
391

Première adaptation mondiale autorisée par les ayants droits du roman culte de John Steinbeck, Les Raisins de la colère, mis en scène par Xavier Simonin parvient à faire entendre les accents profonds de l’épopée de la famille Joad.


« LE PAYS OÙ COULENT LE MIEL ET LE LAIT »

John Steinbeck publie en 1939 Les Raisins de la colère. Ce roman devenu culte  se déroule après la crise de 1929, aux États-Unis. La Grande Dépression qui suit le fameux « jeudi noir » dure plus de dix ans et entraîne des faillites en série et du chômage de masse. Les fermiers n’échappent pas au désastre. Le roman retrace l’histoire des Joad, une famille pauvre de métayers de l‘Oklahoma, victime de la crise, de la sécheresse, des tempêtes de poussière et des grands propriétaires terriens. Leur terre et leur maison sont balayées en un instant par un bulldozer.

Les Joad prennent la route de la Californie qui apparaît comme un Eldorado. Ils ne sont pas les seuls sur la route. Des milliers d’autres « Okies » font le voyage. A l’arrivée, la désillusion est grande. Les grands propriétaires terriens exploitent cette main d’œuvre famélique sans vergogne. La misère, la violence sont au rendez-vous. La quête quasi biblique du « pays où coulent le lait et le miel » se transforme en confrontation avec le capitalisme inhumain. Face à cette brutalité sans nom, le roman de Steinbeck décrit aussi la révolte des exploités et l’entraide fraternelle qui permet la survie. 

Le précieux compagnonnage de la musique

Xavier Simonin a opté pour une scénographie minimaliste. Des objets datés, ruraux, des ballots de paille émaillent la scène. L’accent a été mis avant tout sur la narration et la musique qui vivent un véritable compagnonnage. Xavier Simonin partage le plateau avec les musiciens-chanteurs Claire Nivard, Stephen Harrison, Emmanuel Bertrand – Glenn Arzel (en alternance). Jean-Jacques Milteau a assuré, comme lors du précédent spectacle de la Cie, L’Or de Blaise Cendrars, la direction musicale de l’ensemble.

Xavier Simonin n’est pas l’unique narrateur. Claire Nivard a retranscrit en chansons les chapitres qui n’étaient pas narrés, aidée par Glenn Arzel pour la composition. La contrebasse, les guitares, le violon, les mandolines, le chant, deviennent de véritables partenaires sur le chemin du récit. Douleur, nostalgie, espoir, désenchantement, s’expriment par les mots, la musique et les chants. Au fil du spectacle, l’humanité profonde du roman de Steinbeck nous parvient.

A voir, au Théâtre La Luna ♥♥♥♡♡


 

Les Raisins de la colère

Théâtre La Luna

du 7 au 30 juillet – Relâches : 11, 18, 25 juillet

à 21h35

Auteur : John Steinbeck,

Adaptation :Xavier Simonin,                                                                            Direction musicale : Jean-Jacques Milteau

  • Metteur en scène : Xavier Simonin
  • Interprète(s) : Xavier Simonin, et les musiciens-chanteurs Claire Nivard, Stephen Harrison, Emmanuel Bertrand – Glenn Arzel (en alternance

  • Intéressés par un autre spectacle du OFF ? Critique M La Scène blog théâtre

affiche les raisins de la colère
Leave a comment