M La Scène
Critiques Théâtre et Danse

L'ÉDITO DE M LA SCÈNE BLOG THÉÂTRE

NOVEMBRE 2021 : ALORS CETTE RENTRÉE THÉÂTRALE ?

Pour M La Scène, la rentrée a commencé par un coup de cœur :  Illusions perdues  mise en scène par la jeune metteuse en scène Pauline Bayle. Spectacle vu au Théâtre de la Bastille. Le roman foisonnant de Balzac est adapté avec fougue. La mise en scène vitaminée emporte l’adhésion. Le spectacle est défendu par cinq acteurs à l’énergie revigorante. Choix étonnant et qui fonctionne : Jenna Thiam y incarne, au-delà du genre, Lucien, le jeune poète « beau comme une femme », tel que le décrit Balzac. La jeune comédienne se jette dans l’arène du plateau comme « un gladiateur qui doit affronter des bêtes » et ne relâche à aucun moment l’intensité de son jeu. Interview de Pauline Bayle à retrouver ici. En écho, dans l’actualité, le film de Xavier Giannoli montre combien la comédie humaine balzacienne est encore source d’inspiration.

(Lire la suite de l’éditorial)

Critique Disparu, mise en scène Cédric Orain #OFF19

Critique M La Scène : ♥♥♥♡♡

Disparu (c)Romain Bonnery
584

Création Festival d’Avignon OFF 2019, au Théâtre du Train bleu, Disparu de Cédric Orain, met en mots et en lumière la parole d’une mère dont le fils a disparu volontairement.

interview par le blog-théâtre M La Scène à l'issue du spectacle

Critique Disparu

Sublimer l’absence

Comment alors que son fils de vingt ans a disparu volontairement, sans donner de raison, sans donner aucun signe, une mère peut-elle encore croire et espérer, après trente ans, que son fils va revenir ? A partir d’un fait divers qu’il « n’a pas compris » et qu’il a cherché à comprendre, Cédric Orain a commencé à rêver et imaginer un personnage de théâtre, « gonflé à bloc par la vie », qui résiste à son chagrin et nourrit le manque de son imaginaire.

Interprétée par Laure Wolf, impressionnante d’intensité, une mère, assise, au centre du plateau, nous parle. De celui qui a disparu. De son empreinte palpable dans la mémoire et dans les lieux. Si la posture de l’actrice semble volontairement cadenassée par le vide terrible qui l’entoure, la parole sublime l’absence. Le dispositif scénographique très simple, très léger ( vidéo,  quelques projecteurs)  porte l’intimité de cette femme au plus près des spectateurs. Les très belles lumières de Pierre Nouvel nimbent l’ensemble d’une aura onirique.

Disparu de Cédric Orain, en s’intéressant à la parole de ceux qui restent, fait écho au récent travail de Delphine Hecquet, Les Évaporés.  En France, 3000 disparitions volontaires sont recensées. Au Japon, le phénomène touche plus de cent mille personnes. Peu importe le chiffre, de ceux qui restent, il faut entendre l’infinie douleur souterraine. Cédric Orain, par la poésie des mots, magnifie cette parole.


Festival d’Avignon #OFF19, au Théâtre le Train bleu, à 13h45

Texte et mise en scène Cédric Orain

avec   Laure WOLF

création sonore : Manuel Peskine

scénographie et création lumière : Pierre Nouvel

costumes : Sophie Hampe

régie : Théo Lavirotte


 

Teaser de Disparu

Leave a comment