M La Scène
Critiques Théâtre Danse Musique Opéra

L'ÉDITO DE M LA SCÈNE BLOG THÉÂTRE

ÉDITO Janvier 2022.

M La Scène vous adresse ses meilleurs vœux pour l’année 2022. Puisse-t-elle voir les nuages encore menaçants disparaître !

Pour nous, l’année s’est terminée sur le plaisir de retrouver le travail de Kurô Tanino, au Théâtre de Gennevilliers. Le metteur en scène japonais présentait La Forteresse du sourire. La création, nourrie par le jeu tout en retenue et puissant des acteurs, touchait par sa délicate et profonde humanité.

De belles découvertes ont marqué également cette fin d’année :

Le Passé, mis en scène par Julien Gosselin, d’après l’auteur russe Léonid Andréïev, frappait par sa virtuosité à retranscrire par l’image la tragédie d’êtres plongés dans un enfer intérieur. L’actrice, Victoria Quesnel, époustouflante, y crevait l’écran.

Suite de l’éditorial

« Vivipares (posthume) de Céline Champinot

317
LM ** Bien « Vivipares ( Posthume) Brève histoire de l’Humanité de Céline Champinot/ groupe LA gALERIE

 

VIVIPARES : UNE PIÈCE DéjantéE et assuméE

« Vivipares » (Posthume) est un spectacle à l’écriture déconcertante mais vivifiante. Céline Champinot propose un voyage en cinq actes à travers une mythologie occidentale malmenée où la transgression est de rigueur. La structure classique explose sous les fulgurances dévastatrices d’une scénographie qui semble s’inventer au fil des divagations des personnages. Les cinq actrices (Adrienne Winling, Sabine Moindrot, Élise Marie, Maëva Husband, Louise Belmas) embarquées dans le même navire défendent ce spectacle déjanté jusqu’au naufrage final, scène ultime sur un radeau où seront énoncées les beautés regrettées d’un monde perdu.

vivipares2
Photos Aline Girard.
Mais auparavant le spectateur « médusé » de Vivipares aura suivi l’itinéraire chaotique de David Bowie devenu romancier déclarant son amour pour le gros Charles Bukowski ( joué par une femme à moustaches en short en nylon), celui de leur enfant raté, lourdement handicapé, remplacé par un enfant acteur, celui de  Marthe, le frère de David, une femme qui ne veut plus « être la chatte de la soirée », qui devient Judy Garland, avant d’avorter dans les WC du TGV. Saucisses sur scène pour un barbecue familial décapant, meurtres en Suède, résurrection en Suisse, échange tchekhovien hilarant en Russie, les tableaux se suivent avec une folie complètement assumée.
Merci à Céline Champinot et toutes les filles de cet OVNI théâtral pour cette proposition décapante et joyeuse.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Show Comments (1)