Des Territoires ( Et tout sera pardonné ? ) de Baptiste Amann

Critique M La Scène : L M Beaucoup

Photo Sonia Barcet
155

Troisième volet d’une création dont l’écriture s’est développée sur plus de six ans, Des Territoires ( Et tout sera pardonné ?) de Baptiste Amann interroge, par la fiction, la révolution algérienne et clôt la trilogie sur un tragique revendiqué.

LES INTERVIEWS DE M LA SCÈNE : ENTRETIEN AVEC BAPTISTE AMANN, AUTEUR ET METTEUR EN SCÈNE

Par delà le tragique

La création s’inscrit dans une trilogie ancrée dans une temporalité resserrée. Ecrites sur six ans, les trois pièces de Baptiste Amann, Des Territoires (Nous sifflerons la Marseillaise… ), Des Territoires (D’une prison l’autre) et Des Territoires ( …Et tout sera pardonné ?) se déroulent pourtant sur trois jours consécutifs, trois jours qui encadrent un enterrement. A l’occasion de la mort de leurs parents, trois frères et une soeur, se retrouvent dans le pavillon de banlieue où ils ont vécu leur enfance, pour régler les contraintes administratives, tandis qu’à l’extérieur des émeutes urbaines agitent la ville.

Traversées par la violence de la perte et celle de l’insurrection, les trois pièces questionnent la nécessité de réinventer une nouvelle organisation pour les membres de la cellule familiale, comme pour les membres de la cité. Par delà la mort, par delà la tragédie qui les frappe. A ces trois jours qui imposent une précipitation du temps et de l’action, répond l’évocation d’épisodes révolutionnaires de l’histoire de France. Un anachronisme travaille chacune des pièces, la Révolution française avec la figure de Condorcet, la Commune de Paris et enfin, la révolution algérienne. Chaque volet convoque une « figure tutélaire » pour l’interroger par le théâtre et la fiction.

Des Territoires (Et tout sera pardonné ?)
Photo Sonia Barcet

L’illusion revendiquée

Dans ce dernier volet, Des Territoires ( …Et tout sera pardonné ?) le tragique intime et le tragique historique se télescopent au coeur d’un hôpital. Tandis qu’un des frères se trouve en état de mort cérébrale, dans un service de réanimation, un film se tourne sur la guerre d’Algérie, dans un autre bâtiment. Dans la salle d’attente, vont se croiser les membres de la fratrie et une des actrices qui interprète Djamila Bouhired, une militante du FLN, condamnée pour « actes de terrorisme ». L’hôpital devient le lieu où la parole peut condamner ou sauver. Condamner en débranchant un être qu’on a aimé, condamner une accusée. Sauver par un don d’organe, sauver par une plaidoirie. 

Dès les premiers instants, la scénographie, imaginée par Baptiste Amann, met l’accent sur la fiction. Sur le plateau, en fond de scène, dans un studio de radio, derrière des parois de verre, a lieu l’interview d’un cinéaste qui entreprend le film sur la révolution algérienne. La distance est posée et revendiquée. Comme l’indique Baptiste Amann, pour aborder la guerre d’Algérie, « créer un être fictif qui voulait s’emparer de ces questions » permettait d’installer « un pare-feu » qui autorisait le questionnement de cette histoire si vive. Le tournage du procès, auquel nous sommes conviés comme témoins et spectateurs, participe également à cette mise en abime du fait réel. Comme la salle d’hôpital, devenue salle d’audience, et scène de film tournée en direct, affichant un décor végétal ostentatoire et baroque, volontairement théâtralisé.

Des Territoires ( …Et tout sera pardonné ?) est certainement le volet le plus tragique et le plus abouti du travail de Baptiste Amann. On ne sort pas indemne de ce spectacle intense.


Théâtre de la Bastille à 20h du 27 nov. au 7 déc.
à 20h30 du 9 au 13 déc.

Texte et mise en scène Baptiste Amann

Collaboration artistique Amélie Enon

Lumières Florent Jacob

avec Solal Bouloudnine, Alexandra Castellon, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Lyn Thibault, Olivier Veillon


Lire une autre critique M La Scène sur la création Des Territoires de Baptiste Amann

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.